J’avais oublié de vous raconter les Eurockennes

1 Thought

Tout commence par, voiture qui roule sur l’autoroute, avec un mec sympa mais chiant, et un autre gars plus bizarre que moi mais vraiment humain. On roule. Je ne pense qu’à cette chose, cette boule grosse dans ma gorge sérrée. Je ne pense qu’à la route, à ces 600 km de connerie polluante, à tout ce que je suis devenu comme un con: Un salarié à la voiture de service, utile pour un co-voiturage étrange. Finalement j’oublie ma médiocrité sentimentale, j’écoute les propos critiques de mes congénéres… tout en sachant qu’ils n’ont rien à foutre ensemble. Mes yeux sont concentrés sur ces routiers pas sympas, ces bourrins de tous les pays qui sont prêts à massacrer les automobilistes comme des SS fusilleraient des juifs en situations de peine. Fort heureusement l’Etat leur donne raison, au nom du capitalisme, de l’économie de marché et nom de leur beauferie légendaire. Que dire de la SNCF si j’avais pris le train…